Le Conseiller Pédagogique d’Education confirme et précise « vous devez suivre la méthode du professeur car elle est nécessaire pour la suite du programme ».

Quel programme ?

Celui qui viendra après !

Le chapitre est terminé et la suite n’a rien à voir.

Je ne sais pas moi, voyez avec votre professeur, et puis si ce n’est pas maintenant, c’est pour l’année prochaine !

Après vérification auprès d’élèves d’une autre classe, la méthode utilisée par le professeur de mathématique pour la même démonstration s’avéra différente… Qu’ils ne parlent plus de justice ni d’égalité !!!!!

Voici ce qui se passa lors de l’examen pour l’obtention d’un diplôme en physique dont la question était « Montrez-moi comment il est possible de déterminer la hauteur d’un immeuble à l’aide d’un baromètre ».

L’étudiant avait alors répondu « on monte en haut de l’immeuble, attaché à un fil, on laisse filer jusqu’au sol le baromètre, on le remonte, puis on mesure la longueur de la corde.

Pour le professeur, la réponse valait zéro.

L’étudiant contestait cette opinion.

Le modérateur impartial qui assistait, donnait raison à l’étudiant, sa réponse répondait à la question. Cependant, la valider revenait à donner un diplôme alors qu’aucun savoir faire en science n’avait été démontré.

Il proposa de donner une seconde chance à l’étudiant.

Après cinq minutes, il n’avait encore rien écrit et indiqua qu’il voyait de nombreuses méthodes et qu’il cherchait la meilleure pour résoudre ce problème.

Enfin, il dit « On laisse tomber le baromètre depuis le haut de l’immeuble et on mesure son temps(t) de chute. On introduit la valeur « t » dans la formule : x =gt2 / 2 pour calculer la hauteur « x » de l’immeuble. L’étudiant obtint presque 20.

Ensuite l’Etudiant apporta des précisions sur les autres méthodes. « Je place le baromètre au soleil, je mesure sa hauteur, la longueur de son ombre et celle de l’ombre de l’immeuble, j’en déduis la taille pas un simple calcul de proportion ». Autre méthode pratique, je monte les étages en marquant chaque longueur de baromètre parcourue et je compte les segments tracés ». Plus sophistiqué, « je fais osciller le baromètre au bout d’une corde, et je détermine la valeur de « g » au sol et sur le toit. La différence calculée pour « g » me conduira à la hauteur recherchée.

Il existe bien d’autres solutions mais la meilleure consiste à aller voir le concierge, lui donner le baromètre en échange de la hauteur de l’immeuble.

L’étudiant avoua sa lassitude du collège et des professeurs qui essayaient de lui apprendre de quelle façon il devait penser.

L’étudiant était Niels Bohr, prix Nobel de physique, et le modérateur Ernest Rutherford, prix Nobel de Chimie.

Providence, chance, …, appelez cela comme il vous convient mais Niels revient de loin !

Solenarah n’a pas eu la même aubaine. En fac de droit, elle récupère un devoir d’anglais, noté 6 / 20. Effondrée, elle demande des explications. Mademoiselle, vous avez fait un excellent devoir mais vous n’avez utilisé que très peu de mots de la grille de correction.

Les exemples, je pourrais les multiplier…. A bon entendeur !