La conférence, selon le M. Guèye, a mis l’accent sur 2 aspects fondamentaux. D’abord la responsabilité sociale de l’enseignement supérieur. Autrement, « la société du savoir doit garantir un développement humain, sain et durable ». A cet effet, il nécessite l’engagement de toute la communauté.

Il a été désormais retenu que c’est par l’enseignement supérieur qu’il est possible d’atteindre les Objectifs du millénaire pour le développement (Omd) en matière d’éducation, puisque c’est le sous-secteur qui forme les ressources humaines de qualité pour tous les ordres d’enseignement.

Le supérieur doit être à la pointe de l’innovation technologique, la recherche fondamentale étant le moteur du développement économique. D’où la nécessité de créer des pôles d’excellence mutualisés et lutter contre la fuite des cerveaux. Par ailleurs, un appel d’engagement est lancé par l’Unesco qui demande aux Etats d’accorder entre 18 et 20 % de leur budget d’éducation au supérieur.

Également l’Unesco réaffirme le « caractère public et social » de l’enseignement supérieur, indique M. Guèye. Le financement est aussi une grande préoccupation et la « mutualisation des moyens et infrastructures a été défendue qui affirme que les partenaires techniques et financiers (Ptf) ont tenu, lors de la dernière journée, un panel lors duquel ils se sont engagés à renforcer leurs actions en faveur de l’enseignement supérieur