Son travail pictural est dicté par sa sensibilité, son imaginaire et son idéal. Certaines de ses couleurs sont fabriquées à partir de pigments naturels. Savant, fou de peinture, il travaille avec furie, sans répit. Sa liberté absolue lui permet toutes les audaces et lui offre un vaste champ d'inspiration. Son appétit sans limite de la peinture, sa passion des couleurs et son extrême engagement physique se reflètent dans ses œuvres. La force et l'émotion jaillissent, le magnétisme opère.

Tout son savoir, sa créativité et son inventivité restent constamment au service de sa quête profonde et sincère d'approcher les mystères de la vie, d'y retrouver les pistes de son déploiement spirituel jusqu'au plus extrême voyage au fond de lui même

Désert épicé, titre de l’œuvre de Boun, m’ouvre le chemin pour citer quelques lignes d’Anthony Mullen, nommé Enseignant de l’année 2009, ancien détective de la brigade criminelle à New York, reconverti en éducateur spécialisé et qui porte les mêmes valeurs de cœur que Boun, et que nous partageons.

Un enseignant doit être capable de dégager une lumière si brillante que les enfants ne peuvent l’ignorer, un rayonnement qui nourrisse l’apprentissage et fasse de la salle de classe un lieu où l’on entre enfant et d’où l’on sort adulte.

Le professionnalisme consiste à comprendre que les enseignants ont pour rôle de former des jeunes adultes intelligents, avec des valeurs éthiques et productives. La persévérance est la capacité à enseigner à chaque élève, aussi bas a-t-il pu tomber dans l’échelle éducative.

« Les enseignants doivent trouver la détermination nécessaire pour enseigner et guider ces étudiants fragiles parce que nous représentons l’espoir et la promesse d’un lendemain meilleur », explique-t-il.

Son conseil personnel quant à sa façon d’enseigner aux élèves en difficulté et aux jeunes est simple. « Un par un, dit-il, chaque enfant est unique à sa manière et un enseignant doit pouvoir avoir le temps et les ressources nécessaires pour communiquer avec tous les enfants. »