Etes-vous cerveau droit ou cerveau gauche ? Dans la connaissance collective, ceux qui disposent d’un attrait pour les matières « académiques stricto sensu » étaient classés « cerveau gauche » et ceux plus « artistes », cerveau droit.

Conduites conjointement par des chercheurs du CEA, de l’Inserm, de l’Inria, de l’Université Paris-Sud au sein de l’unité Inserm/CEA "Neuroimagerie cognitive", l’étude met en évidence un lien entre les aires cérébrales pour les représentations des nombres et les aires cérébrales de l’espace. Le calcul mental active des aires cérébrales impliquées dans l’attention spatiale.

Sous enregistrement du cerveau par IRM, des sujets adultes effectuaient soit des additions et des soustractions mentales, soit des mouvements des yeux vers la droite ou vers la gauche de l’écran. Le traitement du signal a ensuite permis d’identifier les aires du cerveau impliquées dans les mouvements des yeux et d’en déduire un algorithme qui, à partir de l’activité cérébrale, dévoile un aspect du comportement des sujets.

À partir des images IRM de haute résolution obtenues avec un score de 70%, les chercheurs ont été en mesure de déduire si la personne avait orienté son regard vers la droite ou vers la gauche. Ils ont aussi observé la même distinction entre l’activité cérébrale évoquée pendant les mouvements à gauche ou à droite du regard et pendant les opérations de soustraction ou d’addition – que ces opérations soient réalisées avec des ensembles concrets d’objets (calcul non symbolique) ou avec des nombres symboliques (calcul symbolique) présentés sous formes de chiffres arabes.

Ils en ont conclu que le calcul mental ressemblait à un déplacement spatial. Par exemple, dans une certaine mesure, lorsqu’une personne qui a appris à lire de gauche à droite, calcule 18 + 5, son attention se déplace "vers la droite" de 18 à 23 dans l’espace des nombres, comme si les nombres étaient représentés sur une ligne virtuelle.

Source Cea : Cartographie cérébrale des aires utilisées pour décoder la direction des mouvements oculaires.

De la soustraction à gauche à l’addition à droite en mettant en évidence l’interconnexion entre le sens des nombres et celui de l’espace, ces résultats éclairent l’organisation de l’arithmétique dans le cerveau.

Le succès de 70% représente 2 sujets sur 3 et appelle une question. Cela voudrait-il dire qu’un sujet sur trois a une réponse cérébrale différente.

JAL défend l’hypothèse que l’ensemble des activités entraînent un développement neuronal des différentes « formes d’intelligences » et que « l’enseignement académique stricto sensu » ne permet pas un développement harmonieux de toutes les aires cérébrales.

Pratiquer des activités intensives qui sollicitent toutes les intelligences, telles que nous le proposons dans nos protocoles BeepBeep ( Brain extensible experimental program Brain education efficiency program) et pour lesquelles nous obtenons des résultats significatifs, sont de natures à contribuer à diminuer l’échec chez les enfants en difficulté.