Chacun y va de sa prose pour dénommer les enfants aux capacités exceptionnelles : intellectuellement précoce, surdoué, talentueux, génial, doué… « Surdoué » emporte la palme du fantasme collectif. C’est aussi le terme qui fait vendre le plus de papier. Les britanniques et les américains utilisent les mots : « gifted » signifiant doué et « high ability » signifiant aptitude élevée. Nous utilisons principalement le terme « d’enfant à haut potentiel » ou « d’enfant à potentiel élevé », termes qui signifient davantage que l’enfant a de grandes dispositions sans toutefois préciser lesquelles.

Un des critères le plus souvent retenu pour diagnostiquer un enfant à haut potentiel est l’indice psychométrique (IP) qui se situerait à un niveau supérieur à 125, c’est-à-dire 25 points au-dessus de l’indice statistiquement moyen de la population générale qui, par construction du test, est de 100. Au-delà de 100, l’enfant est d’une intelligence supérieure à très supérieure. 5 enfants sur 100 disposent d’un indice psychométrique supérieur à 125, 2,2 enfants sur 100 de la population ont un indice supérieur à 130 et 2 enfants sur 1000 ont un indice supérieur à 140. Cet indice global est composé lui-même de 4 paramètres indicés :

	ICV : indice de compréhension : verbale similitudes, vocabulaire, compréhension et en option information et raisonnement verbal. Cet indice mesure le raisonnement verbal.
	IRP : indice de raisonnement perceptif : cubes, identification de concepts, matrices et en option compléments d'images. Cet indice mesure l’intelligence "fluide" indépendant de la culture et du langage. Raisonnement non verbal et déduction logique. Perception et représentation mentale visuelle.
	IMT : indice de mémoire de travail : mémoire de chiffres, séquence lettres-chiffres. C'est l'aptitude à mesurer la manipulation d'informations mentales et le raisonnement. Mémoire de chiffres : ordre endroit et ordre inverse et séquence lettres-Chiffres : Il faut restituer une séquence de chiffres et de lettres en commençant par les chiffres en ordre croissant puis les lettres en ordre alphabétique. Manipulation des concepts opératoires, calcul mental.
	IVT : indice de vitesse de traitement code, symboles et en option barrage. Évalue la vitesse d’apprentissage, la vitesse de traitement, l’attention soutenue ainsi que la discrimination visuelle.

Cependant, si l’indice est une donnée importante, on ne peut réduire la complexité d’un être humain à un chiffre. Une intelligence ou des intelligences ? Le débat est lancé dans la communauté des chercheurs. Howard Gardner décrit l’existence de huit formes d’intelligence : l'intelligence verbale, l’intelligence logico-mathématique, l’intelligence visuo-spatiale, l’intelligence musicale, l’intelligence corporelle-kinesthésique, l’intelligence interpersonnelle (intelligence des autres) et intrapersonnelle (intelligence de soi), l'intelligence naturaliste (intelligence de ce qui l’entoure) Cette approche multidimensionnelle permet de mieux comprendre les différences entre les enfants en termes de compétences. Excepté quelques écoles à pédagogie différenciée ou encore avec des enseignants hors normes, l’école développe principalement les deux premières formes. A.J Tannenbaum propose cinq catégories de variables : la capacité intellectuelle générale de haut niveau par thème ; les capacités symptomatiques sur une activité donnée ; la personnalité, l’intérêt, le dimensionnement du moi, la capacité à se satisfaire de résultats différés ; l’environnement éducatif et culturel…; toutes ces variables faisant qu’un enfant sera différent des autres.

G. Betts et K. Kercher classifient les enfants selon six profils possibles : performants, extravertis et créatifs, inhibés, sous-réalisateurs, avec troubles, autonomes. David Kolb classe les enfants suivant les styles d’apprentissage : l’apprenant divergent (l’imaginatif), l’assimilateur (l’analytique), le convergent (le pratique) et l’accommodateur (le dynamique, l’exécuteur). M.N Meecker ajoute « selon qu’ils ont un raisonnement divergent (orienté vers plusieurs solutions possibles à un problème) ou un raisonnement plutôt convergent ». Finalement, il est difficile d’obtenir des groupes finement homogènes.

Nous observons aussi parmi quelques enfants à haut potentiel un style d’apprentissage de type kinesthésique. Si l’auditif, le visuel et l’écrit sont bien intégrés dans l’apprentissage en général, les enfants kinesthésiques sont laissés en jachère. Ces enfants extrêmement intuitifs, distinguent les choses et apprennent en agissant physiquement. Participer est fondamental et les conditions environnementales déterminantes. Ils ont besoin de mouvements et d’actions afin de réfléchir clairement. Agir pour apprendre et mémoriser, bouger pour se souvenir. Aujourd’hui, ces enfants n’ont pas leur place à l’école et dérangent « aussi ». La communauté éducative va dire qu’ils sont hyperactifs alors qu’il n’en est rien.

Avec ses qualités intrinsèques, chaque enfant « sous-efficient », « médian » ou « sur-efficient » à des degrés plus ou moins importants, est différent. Chaque enfant est unique dans sa façon d’apprendre et ses performances dépendent de facteurs endogènes et exogènes quelquefois difficilement maîtrisables. En situation de mal-être, de maltraitance, un enfant détecté avec un IP très élevé, peut s’il est en inhibition, en dépression se retrouver avec un IP qui descend sous le seuil de la « débilité » et se conduire comme tel ! Après une prise en charge par des spécialistes et à condition que la source de son mal-être cesse, cet enfant retrouvera son IP d’antan…

Les enfants à haut potentiel peuvent présenter une dysynchronie entre leur développement affectif et moteur et leur développement intellectuel. Ainsi, un enfant de 8 ans avec un indice psychométrique de 140 aura-t-il un âge mental d’environ 12 ans et pourrait avoir un âge moteur de 5 ans et affectif de 6 ans. Sur le plan clinique, il ne s’agit pas d’un retard mais d’un manque d’intérêt et d’un désinvestissement. Cependant, un choc psychologique peut être à l’origine de cette dysynchronie. Si le résultat des tests psychométriques montre un écart important dans les paramètres indicés, il faut en rechercher la cause. Pas facile à gérer dans notre société et encore moins à l’école. Des difficultés et des incompréhensions résultent de ce développement hétérogène. Leur intégration scolaire est compliquée. Il arrive que des enfants à haut potentiel se cachent et ou soient inhibés et leurs capacités, bien que réelles, n’apparaissent pas immédiatement. Seul 30% des enfants à haut potentiel obtiennent des résultats brillants à l’école. L’inadéquation de l’enseignement est en cause pour une partie de l’échec mais elle n’explique pas tout. Rejetés car incompris par leurs congénères et par les enseignants démunis, l’environnement scolaire ne favorise pas l’épanouissement de ces enfants. Pour y parvenir, chacun doit s’adapter… Les enfants à haut potentiel peuvent aussi avoir des désordres à l’origine de l’échec, de la difficulté scolaire et qui puise ses sources dans cinq contextes possibles :

	Sociologique ;
	Génétique ;
	Psychologique ;
	Lésion cérébrale ;
	Maturation cérébrale ;
	Enseignement inadapté…

Les recherches issues des neurosciences, les nanotechnologies permettent aujourd’hui de conduire des examens fonctionnels en très haute résolution. Les résultats permettent d’affirmer que le cerveau, selon le groupe auquel correspond la personne, fonctionne différemment. Aussi entre un sous-efficient, un médian et un sur-efficient, l’activité cérébrale n’est pas la même. Il faudra en tenir compte lors des apprentissages. L’école, en obligeant les enfants à se fondre dans le même moule, à résoudre les équations de la même manière, à suivre le même raisonnement, ne fait que générer des iniquités chez les enfants.

Le développement intellectuel d’un enfant est un continuum jalonné d’évènements affectif, environnemental et comportemental. La connaissance de ces éléments est fondamentale pour apprécier la situation de l’enfant et tenter de le conduire sur le chemin d’un développement harmonieux.

L’amour des parents et la grande attention des enseignants feront la différence. Suite dans un autre post Bernard LEUNE Copyright, tous droits réservés