Conséquence additive : qui s’incrémente par addition des substances dans une proportion propre au mélange ex : 1+1=2, 1+1+n=2+n, ou …

Conséquence soustractive : les substances annulent les effets dans une proportion propre au mélange ex : 1+1=0 ou …

Conséquence supérieure : qui s’incrémente selon le type de composant dans une proportion propre au mélange ex : 1+1=10 ou 1+1+1=200 ou …

Conséquence potentialisée : substance inoffensive qui ajoutée à une autre matière toxique formera ou augmentera sa dangerosité dans une proportion propre au mélange ex : 0+5=1000 ou …

L’objectivation des effets est soit immédiate, soit différée dans le temps. La réaction immédiate permet d’intervenir promptement alors que différée, le mal s’installera sournoisement. Les signes prognostiques peuvent apparaître à n’importe quel moment et se manifester lors d’un changement biologique de l’Homo sapiens ou suite à une stimulation particulière.

Ces interactions ne se limitent pas à des produits toxiques et l’absorption d’aliments ou de boissons peut potentialiser ou inhiber l’effet d’un médicament, d’un vaccin, provoquer une modification biologique et occasionner des troubles de l’apprentissage plus ou moins substantiels et durables.

Proche de nos enfants, l’eau interpelle les scientifiques et les autorités publiques depuis qu’on y a découvert la présence de nouveaux polluants d’origines alimentaire et médicamenteuses. Les molécules les plus fréquemment retrouvées parmi l’eau distribuée sont la caféine , la carbamazépine, anti-épileptique de la classe des neuroleptiques ainsi que l’oxazépam anxiolytique. Bien que la concentration soit très éloignée des doses thérapeutiques, quelles en seront les conséquences ? Malgré le traitement des eaux brutes dont les concentrations sont plus fortes que dans les eaux traitées et potables, la persistance est observée. Onretrouve aussi des substances toxiques connues, hydrocarbures aliphatiques polycycliques, les nitrates, les pesticides. Nonobstant ce constat, les autorités ne peuvent garantir l’innocuité de ces molécules absorbées sur le long terme ni l’impact sur le développement des enfants.

L’Affsaps préconise d’éviter de consommer du jus de pamplemousse en même temps que des médicaments contenant la molécule « carbamazépine » ou « buspirone » de la classe des neuroleptiques. Ces molécules concernent de très nombreux enfants. Ralentissement cérébral, somnolence…

Tout aussi proche, le lait réduit l’action des antibiotiques de la classe des tétracyclines, les jus de pamplemousses, d’oranges et de citrons sont à limiter avec l’aspirine, les anti-inflammatoires…, car ils pourraient entraîner des désordres gastriques.

Lisa A. Thompson, PharmD, Département de Pharmacie Clinique, Université du Colorado à Denver École de pharmacie, d'Aurora, au Colorado indique que les traitements anticancéreux entraînent des désordres de l’attention, de la mémoire, d'organisation et un ralentissement cognitif, donc une lenteur dans l’exécution, lors des apprentissages… Ces conséquences peuvent perdurer plusieurs années. L.A. Thompson précise que les jus d’agrumes, pamplemousse, orange inhibent l’efficacité du traitement.

Lors d’un traitement anticoagulant, l’avocat, les brocolis, les choux, la laitue les épinards, le persil, (aliments non-limitatifs), riches en vitamines K sont à proscrire ou à consommer avec modération, selon les indications de votre médecin, car ils diminuent la fluidité du sang et pourraient augmenter les risques. La conséquence de ces aliments, mélangé à l’anticoagulant est soustractive. Le médicament perd de son efficacité.

Le jus de pamplemousse mélangé avec par exemple des molécules de la classe de la Simvastatine potentialise ses effets par 15.

Etc, …

Nous ne pouvons que vous recommander de demander à votre médecin les interactions des médicaments prescrits et la liste des aliments avec lesquels vous devez prendre des précautions. Demandez a votre pharmacien la confirmation. Chaque médicament nécessite un suivi qui trop souvent relève d’une évaluation empirique qui ne débouche pas sur les prescriptions indispensables et figurant dans les recommandations.

Il serait propice et salutaire pour la santé publique qu’une véritable mission des interactions identifie les risques par molécule médicamenteuse et alimentaire et informe les populations.